banniereh.jpg
::Lafia.Info::
  Accueil
  Maladies
  Amibiase
  Asthme
  Cancer col de l’utérus
  Cancer de prostate
  Cancer de sein
  Cancer du colon
  Cataracte
  Diabète
  Drépanocytose
  Epilepsie
  Fibromes
  Fièvre jaune
  Fièvre typhoïde
  Goitre
  Hémorroïdes
  Hépatite B
  Hypertension
  Méningite
  Obésité
  Paludisme
  Sinusites
  Tétanos
  Tuberculose
  Ulcères
  Stop SIDA
  Spot Prévention
  VIH/Sida
  Médicaments
  Alcool et médic.
  Grossesse et médic.
  Surdosage
 Nutrition
  5 fruits & lég /jour
  Anémie et Nutrition
  Antioxydants
  Brûlures d’estomac
  Contre le cholestérol
  Faciliter la digestion
  L’arachide
  La constipation
  Le magnésium
  Mauvaise haleine
 Santé sexuelle
  Cycle menstruel
  Hygiène intime
  La baisse de désir
  Pertes blanches
  Préservatifs
  Sécheresse vaginale
  Pédiatrie
  Corps étranger avalé
  Sevrage de bébé
  Bébé est constipé
  Sommeil de bébé
  Diarrhée du bébé
  allaitement maternel
  Pipi au lit après 5ans
  dents de laits
  Psychologie
 Jalousie, une maladie ?
 Le sommeil
 Mariage et santé
 La confiance en soi
 Dépression
 Complexes
 Phobies
 Stress au travail
 Trac
  Sport et santé
 Aérobic
 
 
 
[Editorial] [Lafia] [charte d'utilisation du site] [envoyez ce lien à un ami] [Contact] [Messagerie]

   

Vous êtes > Dossiers Lafia



logo ARTICLE 139Aliments de la rue

Posté le jeudi 19 février 2009

L’expansion des villes africaines et les changements de modes d’alimentation dus à l’activité des populations ont accru ces dernières années une prolifération des aliments de rue. Au BURKINA FASO, ce phénomène se constate aussi bien dans les grandes agglomérations que dans les petites villes. La nature des mets proposés est très variée à l’image des motivations des consommateurs. En dépit de sa diversité et de son attrait, l’alimentation de rue pose toutefois un problème de qualité nutritionnelle des produits proposés, de salubrité des vendeurs et de l’environnement de distribution. Définition Les aliments de la rue se définissent comme étant « des aliments prêts à être consommés et proposés par des vendeurs ambulants, semi-fixes, ou fixes dans les rues ou dans les lieux publics » (FAO.1998).

Motivations des consommateurs

Les raisons évoquées sont de plusieurs ordres :
-  l’insuffisance, voire le manque, de moyens financiers contraint certaines personnes, notamment les travailleurs du secteur informel, à recourir aux aliments de la rue.
-  la disponibilité et la proximité des mets offerts
-  la nature des plats servis : certains mets traditionnels sont très appréciés de gens qui n’en ont pas la recette, qui n’ont peut être pas le temps pour les préparer s’ils en avaient la recette ; qui trouvent plus économique d’acheter le plats déjà apprêté que de réunir les ingrédients pour le préparer.
-  la présentation des produits alimentaires,
-  le manque de doute sur la qualité des aliments
-  la négligence ou l’insouciance

Gamme des aliments incriminés

On dénombre une large variété d’aliments de rue offerts aux consommateurs au BURKINA FASO dont les principaux sont :
-  l’eau de boisson, manuellement mise en sachet et vendue fraîche
-  les produits issus de la transformation des céréales (riz, haricot, petit pois, pâte de maïs, galettes, beignets, « gâoré », « baabênda »...),
-  les jus ( bissap, tamarin, petit mil, citron,ananas...), bière de mil (« dolo ») et laitages (yaourt, « dêgê » ou couscous de petit mil au yaourt ).
-  les produits carnés (grillades, soupes...)
-  les plats cuisinés à base de légumes (soupes et couscous de choux pommés...), racines et tubercules (patate, fabirama, igname et manioc bouillis, « atiéké »...) etc.
-  les fruits (pastèque découpée en tranches exposées à la poussière dans une assiette, mange, goyave, papaye...)

Conditions de préparations

Certains aliments de la rue sont apprêtés dans des conditions d’hygiène très douteuses. En effet on retrouve souvent :
-  l’utilisation d’eau polluée : présence de germes aérobies mésophiles dans les eaux conditionnées manuellement dans notre contexte et mises au frais.
-  la pilullation des mouches autour des aliments en préparation ou au cours de la distribution (jus, bière de mil ...)
-  l’insalubrité des aliments liée :
. au site de distribution, à leur manipulation, (viande de chien, exposition des aliments au bord des voies poussiéreuses ...)
. au système de conservation (exposition solaire prolongée, conservation à l’air ambiant des aliments non entièrement vendus...
. à l’environnement de production des aliments (au bord des voies poussiéreuses, voisinage avec des égouts et tas d’ordures, au sortir de l’école,de la mosquée,de l’église....)
-  vaisselle insuffisante.
-  la nature des matières premières :
-  farine avariée,
-  huiles saturées,
-  sucre et lait en poudre frauduleusement importés,
-  abattage clandestin
-  légumes et fruits issus du jardinage utilisant des eaux souillées ou des insecticides à effet remanant

Conséquences

A cours terme

Les infections sont liées aux conditions de préparations des aliments et à la nature même de ces derniers. C’est le lot des maladies du péril fécal. On peut citer parmi tant d’autres :
-  l’amibiase
-  la shiguelose
-  le cholera
-  les parasitoses dues aux vers de la famille des ascaris, oxyures, ténias, etc.
-  les intoxications aiguës
-  gastroentérites aiguës (bactériennes et virales).

A long terme

-  Les légumes produits dans les zones limitrophes des axes routiers et à proximité des dépots pétroliers et usines susceptibles d’être contaminés par les métaux lourds comme le plomb ou le mercure par l’intermédiaire de l’air, de l’eau et du sol peuvent provoquer des lésions neurologiques chez les enfants par exemple, en cas de consommation excessive. Il en est de même chez l’adulte du fait de l’effet cumulatif de ces métaux lourds.
-  les tumeurs malignes (huiles cancérigènes...)

Conseils

Les facteurs déterminant la qualité des aliments sont essentiellement :
-  L’environnement de la préparation et de la distribution : propre ou malsain (trippes manipulées au milieu des immondices, viande de chien dépecé à même le sol nu).
-  les manipulateurs (préparateurs, vendeurs, acheteurs) ;
-  Les matériels utilisés pour les préparations : propres ou laissant à désirer (table crasseuse, seau usé, eaux souillées etc.)
Chaque fois que vous consommez des aliments préparés dans un environnement septique, servis par des vendeurs sales et sans aucune notion de l’hygiène alimentaire, se servant de matériel crasseux, vous vous exposez aux pathologies sus citées, dans le court ou le long terme.

Conclusion

Le fait est bien avéré, les aliments de la rue posent un problème de santé publique. Les consommateurs et les vendeurs doivent en prendre conscience afin d’éviter le pire car chacun doit se sentir concerné d’abord par sa propre santé. Les agents d’hygiène doivent pour leur part intensifier les campagnes de sensibilisation ; précieuse sensibilisation à laquelle nous espérons avoir contribué par le présent élément.

M. OUEDRAOGO Guy Hervé, Interne des Hopitaux
Membre du Réseau Lafia








[Les commentaires postés]

Posté le 9 août 2010, par Sawadogo Emmanuel

mes encouragement à tous les acteur de Lafia-info. j’ai apprit beaucoup en découvrant le site tout à fait, par hasard en cherchant un petit frère du nom de Ouédraogo Guy née à Pouni dans la province de Bam, aujourd’hui médecin dans la ville de Ouagadougou.

mon mail dimitriemmanuel@yahoo.fr


mail

 

 

 

 

::Lafia.info::
   Equipe lafia.info
  Infos utiles
 Pharmacies de Garde
 Statistiques santé
 Organismes de santé
 Cliniques
 Hopitaux
 Journal Santé
 
 Sensiblisation
 Paludisme : prévention
 
 Magazine RTB
Voir la dernière émission en vidéo
 
 Méd Traditionnelle
 "Que ton aliment soit ta médecine"
 Intérêt de la médecine traditionnelle
 La médecine traditionnelle au Burkina Faso
 Médecine traditionnelle : la mère nourricière
 Dossiers Lafia
 Le paludisme
 Drogues et santé
 Aliments de la rue
 Les médicaments du marché parallèle
 Videos santé
 Spot sur la contraception
 Contre le VIH/Sida, Scénarios d’AFRIQUE
 Epidémie de méningite au Burkina Faso
 Spot de Lafia.info
 Notre monde, ensemble contre le VIH
 Autres Dossiers
 Argile verte : un soin miraculeux
 Migraines et mal de tête
 Fibrome utérin : « Toute les femmes en âge de procréer sont à risque »
 Neurocysticercose : une maladie liée à la viande du porc
 jeunesse et sexualité : Le plaisir sexuel à quel prix ?
 Le sport, meilleur allié de votre coeur
 Hygiène sociale : L’hypertension, un bourreau du coeur
 Thèses/mémoires
 Medias et education sexuelle dans la ville de Ouagadougou, de M. ILBOUDO David
 Déterminants de la fécondité des adolescentes au Burkina Faso, de M. BADO R. Aristide
 
 
 Partenaires
  
  
  
  
 
  Document sans nom
contact :: charte d'utilisation du site :: envoyez ce lien à un ami :: partenariat ::: RSS :: © 2008 Lafia | by Dahani