banniereh.jpg
::Lafia.Info::
  Accueil
  Maladies
  Amibiase
  Asthme
  Cancer col de l’utérus
  Cancer de prostate
  Cancer de sein
  Cancer du colon
  Cataracte
  Diabète
  Drépanocytose
  Epilepsie
  Fibromes
  Fièvre jaune
  Fièvre typhoïde
  Goitre
  Hémorroïdes
  Hépatite B
  Hypertension
  Méningite
  Obésité
  Paludisme
  Sinusites
  Tétanos
  Tuberculose
  Ulcères
  Stop SIDA
  Spot Prévention
  VIH/Sida
  Médicaments
  Alcool et médic.
  Grossesse et médic.
  Surdosage
 Nutrition
  5 fruits & lég /jour
  Anémie et Nutrition
  Antioxydants
  Brûlures d’estomac
  Contre le cholestérol
  Faciliter la digestion
  L’arachide
  La constipation
  Le magnésium
  Mauvaise haleine
 Santé sexuelle
  Cycle menstruel
  Hygiène intime
  La baisse de désir
  Pertes blanches
  Préservatifs
  Sécheresse vaginale
  Pédiatrie
  Corps étranger avalé
  Sevrage de bébé
  Bébé est constipé
  Sommeil de bébé
  Diarrhée du bébé
  allaitement maternel
  Pipi au lit après 5ans
  dents de laits
  Psychologie
 Jalousie, une maladie ?
 Le sommeil
 Mariage et santé
 La confiance en soi
 Dépression
 Complexes
 Phobies
 Stress au travail
 Trac
  Sport et santé
 Aérobic
 
 
 
[Editorial] [Lafia] [charte d'utilisation du site] [envoyez ce lien à un ami] [Contact] [Messagerie]

   

Vous êtes > Maladies



logo ARTICLE 20Méningite

Posté le vendredi 24 octobre 2008

Le terme méningite signifie « inflammation des méninges ». Les méninges sont les membranes qui entourent le cerveau et la moelle épinière. Il y a inflammation des méninges par suite d’une infection du liquide entourant ces membranes. Ce liquide est appelé liquide céphalorachidien (LCR). Il y a de nombreuses causes de la méningite. Les causes les plus courantes sont des bactéries ou des virus. On observe aussi des causes plus rares comme des champignons, mais souvent seulement chez des personnes dont le système immunitaire est affaibli. Certaines des causes plus exotiques de la méningite, comme celles qui sont attribuables à des parasites, sont limitées aux pays tropicaux.

Ce trouble est moins fréquent chez les adultes, mais on compte plus de 1 000 cas au Canada chaque année. La méningite bactérienne est mortelle chez une personne sur dix, malgré un traitement. Un survivant sur cinq présentera des handicaps graves, par exemple une surdité ou une lésion cérébrale. Un diagnostic et un traitement rapides sont essentiels afin de réduire les risques de décès ou de complications.

Causes

Une méningite apparaît généralement lorsque des bactéries ou des virus pénètrent dans le liquide qui entoure le cerveau. Parfois, ils pénètrent directement par suite d’une opération comme une neurochirurgie. Quelquefois, ils rongent les petits os du crâne comme dans des cas extrêmes de sinusite grave. Dans certains cas, ils sont transportés là par le sang et proviennent d’une infection ailleurs dans le corps comme une pneumonie (infection pulmonaire). Toutefois, règle générale, nous ne comprenons pas exactement comment ou pourquoi cela se produit.

Le cryptococcus est un champignon susceptible de provoquer la méningite. On le retrouve habituellement chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli, par exemple les sidatiques, mais on a signalé récemment une souche plus agressive sur la côte est de l’île de Vancouver qui peut infecter des personnes en bonne santé. La tuberculose peut causer la méningite mais au Canada, c’est généralement le cas chez des gens qui ont contracté la tuberculose durant leur jeunesse alors qu’ils vivaient dans d’autres pays.

Certains médicaments et des produits chimiques irritants peuvent provoquer une inflammation du cerveau semblable à la méningite. On a aussi signalé de rares cas de vaccins causant une méningite. La méningite virale ou induite chimiquement disparaît souvent par elle-même.

La méningite bactérienne, par contre, est une maladie très grave. Les divers types de bactéries qui la provoquent ne sont généralement pas dangereux. Plus de la moitié de la population est porteuse de l’une ou de l’autre de ces bactéries, qui colonisent l’arrière du nez et la gorge. Elles sont souvent transmises par la toux, les éternuements et les baisers, mais ne peuvent survivre en dehors du corps humain pendant très longtemps. Lorsqu’elles arrivent à pénétrer le liquide céphalorachidien et qu’elles commencent à se multiplier, les bactéries provoquent une inflammation et d’autres symptômes de la méningite.

Il existe plus de 50 espèces de bactéries pouvant provoquer la méningite. Les causes les plus courantes de méningite bactérienne sont le méningocoque (Neisseria meningitidis), le pneumocoque (Streptococcus pneumoniae), le streptocoque du groupe B (Streptococcus agalactiae) et le colibacille ou E. coli (Eschericia coli). Avant 1992, la bactérie hemophilus influenzae B (HIB) était la cause la plus courante de méningite bactérienne. Comme les bébés sont aujourd’hui immunisés à l’aide du vaccin Hib au Canada, la méningite provoquée par le HIB est très rare

Les enfants de moins de deux ans sont très sensibles à la méningite. Voici d’autres facteurs qui pourraient accroître le risque :

-  blessure à la tête
-  hirurgie au cerveau ou à la moelle épinière
-  atteinte ou anomalie du système immunitaire
-  défaillance rénale
-  utilisation de corticostéroïdes (p. ex. : prednisone)

Symptômes et Complications

Les personnes infectées deviennent rapidement très malades et ne doivent pas attendre avant de recevoir un traitement médical. La majorité des gens qui souffrent de méningite présentent les symptômes suivants :

-  fièvre élevée (plus de 39 °C/102 °F).
-  rigidité du cou et douleurs, plus particulièrement lorsque le cou est déplacé, tourné ou fléchi (en raison de l’inflammation des méninges). Cela peut ne pas se produire chez les personnes dont le système immunitaire ne fonctionne pas correctement comme celles qui prennent des corticostéroïdes, qui sont atteintes du sida, qui prennent des médicaments anticancéreux ou antirejet, les personnes âgées ou les enfants de moins de 24 mois et tout particulièrement ceux de moins de six mois.
-  maux de tête graves provoqués par une pression accrue dans la tête (on doit porter attention aux signes d’irritabilité chez les enfants trop jeunes pour se plaindre de maux de tête).

Si les vaisseaux sanguins du cerveau présentent une inflammation, le cerveau ne recevra pas suffisamment d’oxygène, ce qui peut entraîner des étourdissements, réduire les réactions et, dans les cas graves, provoquer un coma. L’oxygénation insuffisante du cerveau peut également entraîner des convulsions.

L’inflammation provoque une pression accrue sur le cerveau, ce qui peut susciter des vomissements. La personne atteinte pourra également présenter une éruption cutanée sous la forme de grappe de petits points rouges ou mauves semblables à des piqûres d’épingle. Lorsqu’on appuie sur ces taches, elles ne blanchissent pas comme la peau devrait normalement le faire. La peau elle-même peut présenter une teinte bleuâtre, appelée cyanose, qui découle d’une oxygénation insuffisante.

Les symptômes de la méningite n’apparaissent pas tous simultanément et peuvent être moins évidents chez les personnes âgées. Chez les enfants très jeunes, on doit porter attention aux points suivants :

-  fièvre et refroidissement des mains et des pieds
-  vomissements
-  refus des aliments
-  difficulté à s’éveiller
-  cris ou gémissements sur un ton élevé
-  tendance à arquer le dos et à tirer sur le cou
-  agitation même quand on prend l’enfant dans ses bras
-  expression vide
-  teint pâle tacheté
-  éruption cutanée (petits points rouges ou mauves semblables à des piqûres d’épingle).

Des complications surviennent parfois à long terme et peuvent persister après le traitement de l’infection. Elles comprennent la surdité, la débilité mentale, la paralysie et parfois des convulsions qui exigent un traitement permanent.

Diagnostic

La présence de symptômes comme ceux indiqués plus haut permet généralement de déceler la méningite. Le médecin peut confirmer le diagnostic grâce à l’analyse d’un échantillon de liquide céphalorachidien. À cette fin, du liquide est prélevé à l’aide d’une aiguille insérée dans la partie inférieure de la moelle épinière, intervention appelée ponction lombaire. Le liquide est ensuite analysé afin de permettre de déceler et d’identifier les bactéries. En sachant quelles sont les bactéries responsables de la méningite, le médecin peut mieux adapter le traitement.

Traitement et Prévention

L’infection qui a provoqué la méningite est traitée à l’aide d’antibiotiques. Comme un bon nombre de bactéries sont devenues résistantes à la pénicilline, qui était auparavant l’antibiotique de choix, divers antibiotiques peuvent aujourd’hui être administrés en association. Les antibiotiques peuvent parfois être pris pendant jusqu’à trois semaines.

Les enfants de plus d’un mois reçoivent souvent des médicaments anti-inflammatoires afin de réduire le risque de surdité et les autres effets de la méningite sur le cerveau.

Les enfants sont généralement immunisés à l’aide du vaccin contre Hemophilus influenzae de type B. Il s’agit d’une mesure de prévention importante, étant donné que le virus HIB était auparavant la source la plus fréquente de la méningite chez les enfants. De plus récents vaccins comme ceux contre la bactérie du méningocoque C et la bactérie pneumococcique devraient grandement réduire le risque de méningite causés par ces organismes. Santé Canada recommande dorénavant que les enfants soient immunisés à l’aide du nouveau vaccin antiméningococcique (menC-conjugué) à 2, 4 et 6 mois.

Le nouveau vaccin antipneumococcique conjugué est également recommandé pour les bébés de 2, 4 6 et 12 à 15 mois. Chez les adultes de plus de 65 ans, un vaccin permet de réduire les risques d’apparition d’une méningite provoquée par la bactérie pneumococcique. Le vaccin est aussi recommandé chez les personnes qui ont subi l’extraction chirurgicale de la rate ou dont le système immunitaire est compromis.

Il y a également des vaccins contre diverses souches de la bactérie méningocoque. Ce vaccin n’est recommandé que pour les personnes exposées à des risques élevés, par exemple lorsqu’il y a une épidémie locale ou qu’un voyage est nécessaire dans une région où l’incidence de la méningite est élevée. Dans le cas des personnes qui ont été en contact avec quelqu’un présentant une infection par méningocoque ou H. influenzae, le médecin prescrira fort probablement des antibiotiques à titre de précaution.

src : sante.canoe.com







 

 

 

 

::Lafia.info::
   Equipe lafia.info
  Infos utiles
 Pharmacies de Garde
 Statistiques santé
 Organismes de santé
 Cliniques
 Hopitaux
 Journal Santé
 
 Sensiblisation
 Paludisme : prévention
 
 Magazine RTB
Voir la dernière émission en vidéo
 
 Méd Traditionnelle
 "Que ton aliment soit ta médecine"
 Intérêt de la médecine traditionnelle
 La médecine traditionnelle au Burkina Faso
 Médecine traditionnelle : la mère nourricière
 Dossiers Lafia
 Le paludisme
 Drogues et santé
 Aliments de la rue
 Les médicaments du marché parallèle
 Videos santé
 Spot sur la contraception
 Contre le VIH/Sida, Scénarios d’AFRIQUE
 Epidémie de méningite au Burkina Faso
 Spot de Lafia.info
 Notre monde, ensemble contre le VIH
 Autres Dossiers
 Argile verte : un soin miraculeux
 Migraines et mal de tête
 Fibrome utérin : « Toute les femmes en âge de procréer sont à risque »
 Neurocysticercose : une maladie liée à la viande du porc
 jeunesse et sexualité : Le plaisir sexuel à quel prix ?
 Le sport, meilleur allié de votre coeur
 Hygiène sociale : L’hypertension, un bourreau du coeur
 Thèses/mémoires
 Medias et education sexuelle dans la ville de Ouagadougou, de M. ILBOUDO David
 Déterminants de la fécondité des adolescentes au Burkina Faso, de M. BADO R. Aristide
 
 
 Partenaires
  
  
  
  
 
  Document sans nom
contact :: charte d'utilisation du site :: envoyez ce lien à un ami :: partenariat ::: RSS :: © 2008 Lafia | by Dahani