banniereh.jpg
::Lafia.Info::
  Accueil
  Maladies
  Amibiase
  Asthme
  Cancer col de l’utérus
  Cancer de prostate
  Cancer de sein
  Cancer du colon
  Cataracte
  Diabète
  Drépanocytose
  Epilepsie
  Fibromes
  Fièvre jaune
  Fièvre typhoïde
  Goitre
  Hémorroïdes
  Hépatite B
  Hypertension
  Méningite
  Obésité
  Paludisme
  Sinusites
  Tétanos
  Tuberculose
  Ulcères
  Stop SIDA
  Spot Prévention
  VIH/Sida
  Médicaments
  Alcool et médic.
  Grossesse et médic.
  Surdosage
 Nutrition
  5 fruits & lég /jour
  Anémie et Nutrition
  Antioxydants
  Brûlures d’estomac
  Contre le cholestérol
  Faciliter la digestion
  L’arachide
  La constipation
  Le magnésium
  Mauvaise haleine
 Santé sexuelle
  Cycle menstruel
  Hygiène intime
  La baisse de désir
  Pertes blanches
  Préservatifs
  Sécheresse vaginale
  Pédiatrie
  Corps étranger avalé
  Sevrage de bébé
  Bébé est constipé
  Sommeil de bébé
  Diarrhée du bébé
  allaitement maternel
  Pipi au lit après 5ans
  dents de laits
  Psychologie
 Jalousie, une maladie ?
 Le sommeil
 Mariage et santé
 La confiance en soi
 Dépression
 Complexes
 Phobies
 Stress au travail
 Trac
  Sport et santé
 Aérobic
 
 
 
[Editorial] [Lafia] [charte d'utilisation du site] [envoyez ce lien à un ami] [Contact] [Messagerie]

   

Vous êtes > Maladies



logo ARTICLE 28Goitre

Posté le vendredi 24 octobre 2008

Un goitre se caractérise par une hypertrophie c’est-à-dire une augmentation de volume de nature bénigne (non cancéreuse) de la glande thyroïde, survenant de façon diffuse et généralement visible. Le terme goitreux désigne un individu atteint d’un goitre et essentiellement du goitre endémique. Le terme goitrigène désigne ce qui provoque le goitre.

Un goitre correspond finalement à une tuméfaction (augmentation de volume) de la glande thyroïde s’accompagnant d’une inflammation du tissu glandulaire avec ou pas de trouble du fonctionnement de la glande thyroïde.

Il s’agit d’une maladie généralement familiale dont la fréquence augmente avec l’âge et atteignant plus fréquemment les femmes que les hommes. À travers la planète, certains pays et certaines régions généralement montagneuses sont particulièrement concernés par cette pathologie.

L’augmentation de volume du corps de la thyroïde c’est-à-dire de la thyroïde elle-même est variable. Celle-ci peut être diffuse et gagner l’ensemble de l’organe (la thyroïde) on parle alors de goitre diffus. L’augmentation de volume de la thyroïde ne concerne parfois uniquement que des zones bien limitées, on parle dans ce cas de goitre nodulaire. Les nodules peuvent d’ailleurs être uniques ( nodules solitaires) ou multiples (goitre multinodulaire).

Causes

Il existe de nombreuses causes de goitre.

-  Le goitre idiopathique correspond à une hypertrophie de la glandes thyroïde qui s’observe au moment de la puberté essentiellement chez la jeune fille et durant la grossesse ou la ménopause. Il s’agit le plus souvent de formes familiales.

-  Le goitre peut être le résultat d’une carence en iode, élément important entrant dans la composition des hormones thyroïdiennes (goitre endémique des buveurs d’eau potable pauvre en iode dans certaines régions). La carence en iode est quelque fois relative. Elle survient au cours de l’augmentation des besoins de l’organisme en cet élément. Le plus souvent il s’agit de la grossesse, de la puberté, et de la lactation. Dans ce cas on parle de thyréose compensatrice. Les carences iodées relatives peuvent également être le fruit d’altération de la glande thyroïde allant de l’hyperplasie diffuse au goitre colloïde.

-  Le déficit congénital en enzymes peut également être source de goitre à cause d’une synthèse défectueuse des hormones thyroïdiennes. La dyshormonogénèse correspond à un trouble congénital de la synthèse de l’hormone thyroïdienne. Cette affection se manifeste durant l’enfance et l’adolescence.

-  Le goitre iatrogène est le résultat d’absorption de substances goitrigènes provenant de médicaments. Il s’agit (entre autres) des thiocyanates, du lithium, de l’acide para-aminosalicylique (PAS) et des médicaments contenant des antithyroïdiens de synthèse.

-  Le goitre alimentaire correspond à une variété d’augmentation de la glande thyroïde due à l’absorption de certains aliments comme par exemple les choux. En effet ces aliments contiennent des substances que l’on nomme goitrigènes susceptibles d’expliquer la présence de goitres endémiques dans certains pays voir certaines régions.

-  D’autres affections entraînent l’apparition d’un goitre (liste non exhaustive) : la thyroïdite (inflammation de la thyroïde) d’Hashimoto, la maladie de Basedow, et d’autres inflammations de la thyroïde.

-  Le syndrome de Pendred dcorrespond à une association de symptômes survenant au cours d’une maladie transmise génétiquement selon le mode autosomique récessif (il est nécessaire que les deux parents portent l’anomalie génétique pour que la descendance ait la maladie). Au cours de cette affection les enfants présentent un goitre euthyroïdien associé une surdité de (perception) due à une atteinte cochléo vestibulaire.

Quand on ne constate pas de modification de la synthèse des hormones thyroïdiennes, on parle alors de goitre euthyroïdien.

Symptômes

Les symptômes apparaissant au cours d’un goitre sont liés à l’excès de sécrétion des hormones thyroïdiennes :
-  Amaigrissement
-  Tremblement
-  Tachycardie (accélération du rythme cardiaque)
-  Dysphagie (difficulté, sensation de gène ou d’obstruction lors du passage des aliments à travers la bouche, le pharynx ou l’œsophage). Cette dysphagie et est le plus souvent lié à la compression du goitre sur l’oesophage.
-  Dysphonie (difficulté à exprimer à son) s’accompagnant de modification de la voie
-  Dyspnée (gêne respiratoire)

Au contraire se sont quelquefois les carences en hormones thyroïdiennes qui provoquent l’apparition d’autres symptômes (liste non exhaustive) :
-  Constipation
-  Peau épaissie
-  Frilosité

Traitement

Le traitement du goitre est fonction de sa variété, de son évolution et de sa cause.

Généralement il est procédé à un apport d’iode exogène (provenant de l’extérieur) en cas de carence iodée. Cet apport d’iode se fait sous forme de gouttes de Lugol forte prescrites à raison de cinq gouttes par jour)

Quelquefois la synthèse d’hormones thyroïdiennes est impossible par la glande la dent thyroïde (déficience synthétique) il est alors procédé à l’administration d’hormones thyroïdiennes.

La thyroïdectomie consistant à procéder à l’ablation de la thyroïde plus ou moins entièrement est quelquefois utilisée dans certaines pathologies thyroïdiennes. Les indications chirurgicales s’adressent essentiellement aux goitrex s’accompagnant de signe de compression ou encore aux goitres volumineux et inesthétiques.

En présence d’un goitre du nouveau-né est dû à une carence en iode, il est nécessaire de prescrire de la lévothyroxine à raison de trois microgrammes par kilo et par jour et ceci durant une semaine et iodure 50 microgrammes.

Quand on constate un goitre diffus asymptomatique c’est-à-dire au cours duquel le patient ne présente aucun signe l’abstention thérapeutique est la règle.

En présence d’un goitre diffus important de l’adulte il est nécessaire d’administrer de la lévothyroxine de façon à diminuer la sécrétion de TSH. Les posologies (les quantités) ordonnées sont de l’ordre de 100 à 200 microgrammes par jour. Il est également possible d’ordonner des extraits thyroïdiens à la dose de 0,10 à 0,15 g par jour. Généralement ceci permet une régression voire une stabilisation de l’affection ancienne.

Prévention

L’utilisation du sel de table contenant de l’iode à raison de 100 à 200 microgrammes par jour est la meilleure prophylaxie pour lutter contre les carences en iode.

src : vulgaris-medical.com







 

 

 

 

::Lafia.info::
   Equipe lafia.info
  Infos utiles
 Pharmacies de Garde
 Statistiques santé
 Organismes de santé
 Cliniques
 Hopitaux
 Journal Santé
 
 Sensiblisation
 Paludisme : prévention
 
 Magazine RTB
Voir la dernière émission en vidéo
 
 Méd Traditionnelle
 "Que ton aliment soit ta médecine"
 Intérêt de la médecine traditionnelle
 La médecine traditionnelle au Burkina Faso
 Médecine traditionnelle : la mère nourricière
 Dossiers Lafia
 Le paludisme
 Drogues et santé
 Aliments de la rue
 Les médicaments du marché parallèle
 Videos santé
 Spot sur la contraception
 Contre le VIH/Sida, Scénarios d’AFRIQUE
 Epidémie de méningite au Burkina Faso
 Spot de Lafia.info
 Notre monde, ensemble contre le VIH
 Autres Dossiers
 Argile verte : un soin miraculeux
 Migraines et mal de tête
 Fibrome utérin : « Toute les femmes en âge de procréer sont à risque »
 Neurocysticercose : une maladie liée à la viande du porc
 jeunesse et sexualité : Le plaisir sexuel à quel prix ?
 Le sport, meilleur allié de votre coeur
 Hygiène sociale : L’hypertension, un bourreau du coeur
 Thèses/mémoires
 Medias et education sexuelle dans la ville de Ouagadougou, de M. ILBOUDO David
 Déterminants de la fécondité des adolescentes au Burkina Faso, de M. BADO R. Aristide
 
 
 Partenaires
  
  
  
  
 
  Document sans nom
contact :: charte d'utilisation du site :: envoyez ce lien à un ami :: partenariat ::: RSS :: © 2008 Lafia | by Dahani