banniereh.jpg
::Lafia.Info::
  Accueil
  Maladies
  Amibiase
  Asthme
  Cancer col de l’utérus
  Cancer de prostate
  Cancer de sein
  Cancer du colon
  Cataracte
  Diabète
  Drépanocytose
  Epilepsie
  Fibromes
  Fièvre jaune
  Fièvre typhoïde
  Goitre
  Hémorroïdes
  Hépatite B
  Hypertension
  Méningite
  Obésité
  Paludisme
  Sinusites
  Tétanos
  Tuberculose
  Ulcères
  Stop SIDA
  Spot Prévention
  VIH/Sida
  Médicaments
  Alcool et médic.
  Grossesse et médic.
  Surdosage
 Nutrition
  5 fruits & lég /jour
  Anémie et Nutrition
  Antioxydants
  Brûlures d’estomac
  Contre le cholestérol
  Faciliter la digestion
  L’arachide
  La constipation
  Le magnésium
  Mauvaise haleine
 Santé sexuelle
  Cycle menstruel
  Hygiène intime
  La baisse de désir
  Pertes blanches
  Préservatifs
  Sécheresse vaginale
  Pédiatrie
  Corps étranger avalé
  Sevrage de bébé
  Bébé est constipé
  Sommeil de bébé
  Diarrhée du bébé
  allaitement maternel
  Pipi au lit après 5ans
  dents de laits
  Psychologie
 Jalousie, une maladie ?
 Le sommeil
 Mariage et santé
 La confiance en soi
 Dépression
 Complexes
 Phobies
 Stress au travail
 Trac
  Sport et santé
 Aérobic
 
 
 
[Editorial] [Lafia] [charte d'utilisation du site] [envoyez ce lien à un ami] [Contact] [Messagerie]

   

Vous êtes > Santé sexuelle



logo ARTICLE 290La baisse de désir

Posté le vendredi 3 septembre 2010

Le désir sexuel dépend de chaque personne. Il est indispensable pour obtenir une excitation qui entrainera la jouissance et l’orgasme. Le désir dépend de nombreux facteurs, comme notre culture et notre histoire personnelle , le stress, la fatigue, les difficultés professionnelles , les ennuis rencontrés dans la vie quotidienne , la disponibilité.... Le manque ou la baisse de désir, situations souvent difficiles à exprimer provoque une diminution ou une perte totale d’intérêt pour la sexualité empêchant un épanouissement personnel. Le manque de désir concerne davantage les femmes qui osent rarement aborder cette aspect très intime de leur vie qui reste encore une question taboue chez la majorité d’entre elles. "Je n’ai plus envie" est probablement une des phrases les plus fréquentes que prononcent les femmes lorsqu’elles consultent un sexologue. Cette perte de désir s’installe peu à peu au début puis finit par s’enkyster plus profondément pour entrainer une grande tristesse, parfois une grande souffrance et un manque de confiance en soi. Il est important de savoir qu’une baisse de désir peut n’être que transitoire : les personnes qui vivent cette situation doivent savoir qu’il existe des solutions, mais encore faut il pouvoir évoquer et parler de ce sujet si intime. Ne plus faire l’amour rend malheureux certaines personnes alors que d’autres oublient progressivement cette partie intime de leur existence. Il est indispensable de comprendre et d’accepter qu’il est possible d’avoir une sexualité sans avoir forcement un acte sexuel avec une pénétration : Caresses, câlins, baisers, tendresses, partage, amour, confiance, échanges...font partie de la sexualité et sont indissociables du désir.

Tenter de trouver les raisons de cette baisse de désir

Lorsqu’une baisse de désir s’installe, il est indispensable d’en comprendre les mécanismes et les causes.

-  Trop nombreux sont les personnes, femmes ou hommes, qui laissent la situation trainer sans oser se poser les véritables questions. « ça va revenir » pensent la majorité des personnes concernées.

Ce peut être vrai pour certains couples. Mais trop souvent malheureusement, la situation s’installe insidieusement.

-  Des attentes mal ou jamais exprimées peuvent engendrer la diminution du désir : par exemple, une femme qui n’est pas caressée comme elle le souhaite et qui ne l’a jamais exprimé à son partenaire risque petit à petit de ne plus le désirer.
-  Ignorer le problème et adopter la politique de l’autruche, situation valable dans bien des domaines, ne fait que reculer et aggraver le problème.
-  Et plus le temps passe, et plus il sera difficile de le surmonter.
-  Ne pas savoir deviner les désirs de l’autre
-  Une baisse du désir provoque une diminution de la fréquence et de la qualité des rapports sexuels .

Les raisons d’une baisse de désir peuvent être nombreuses

LES RAISONS D’UNE BAISSE DE DESIR PEUVENT ETRE NOMBREUSES

Elles peuvent être provoquées par une pression trop importante, un stress permanent, un conflit difficilement supportable, une surcharge de travail, une dépression, l’usure du couple, une infection, une maladie ...

La baisse de la passion

La baisse de la passion qui diminue inévitablement chez un grand nombre de couples au fil des années est une des raisons les plus fréquentes de la diminution du désir. Peu à peu, l’excitation est plus difficile à obtenir rendant un ou les deux partenaires insatisfaits. Frustration, culpabilité, colère, incompréhension, peuvent alors s’installer progressivement. Un statut quo dans le couple s’installe le plus souvent ; le ou les partenaires finissent par s’accommoder (ou "faire semblant") de cette situation. Mais, il arrive parfois également que cette problématique devienne inacceptable pour l’un ou l’autre, voire les deux partenaires et conduise à une séparation.

La routine

Faire l’amour au même endroit, dans sa chambre le plus souvent, de la même manière peut rendre la sexualité routinière et triste et entrainer une baisse du désir.

Le manque de temps

Un mode de vie plus stressant, une plus grande charge de travail,, une volonté de réussir tout ce qu’on entreprend, la multiplication d’ activités sportives, des enfants demandant de plus en plus de temps , des voyages plus fréquents... entrainent peu à peu un manque de temps à consacrer à la sexualité.

OSER EN PARLER, C’EST DEJA ALLER MIEUX : NE PAS PERDRE DE TEMPS :

Ne pas hésiter à évoquer le problème de la baisse de désir, l’aborder sans complaisance en ayant bien conscience que le nier ou l’enfouir risque de vous rendre malheureux, moins épanoui et de faire exploser le couple. Ne pas attendre , ne pas perdre de temps, ne pas attendre des mois, voire des années avant qu’il ne soit trop tard, pour réagir. Pouvoir en parler à son ou sa partenaire, à un médecin, à des amis vous permettra de gagner du temps.

En parler avec son/sa partenaire

Le/La partenaire reste la personne la plus concernée : il/elle ressent les angoisses, les doutes et réalise immédiatement le fait que « vous n’ayez plus envie de lui (ou d’elle) » Se forcer à faire l’amour n’est pas la solution : cette attitude risque de devenir insupportable et d’entrainer l’aggravation de la situation. En parler ensembles, exprimer ses doutes et ses angoisses ne pourra qu’être bénéfique.

Consulter son médecin

N’hésitez pas à en parler avec votre médecin si vous vous sentez en confiance. Libérez vos angoisses, exprimer vos craintes, et tentez de vous déculpabiliser vous permettra de gagner du temps. La consultation d’un médecin est un moment intime pendant lequel la problématique de la sexualité peut être abordée. Le médecin peut vous aider à éliminer un problème médical (une infection, un trouble de l’érection pour les hommes...) Et n’oubliez pas « en parlez, c’est déjà aller mieux... »

En discuter sur des forums

-  En discuter avec d’autres personnes ayant vécu ou vivant cette difficulté peut vous aider à réaliser que vous n’êtes pas isolé et seuls à connaître ces baisses de votre libido.
-  D’autre part, vous échangez ainsi vos expériences et vos témoignages.
-  Vous pouvez exprimer vos angoisses et peut être même recueillir certains conseils. Mais soyez prudent, car les forums peuvent parfois révéler bien des surprises.

Consulter un sexologue

Dans le cas ou vous ne réussissez pas a abordez de front cette problématique avec votre partenaire, votre médecin ou des amis, n’hésitez pas a consulter un sexologue.

SRC Web : http://sante-medecine.commentcamarche.net







 

 

 

 

::Lafia.info::
   Equipe lafia.info
  Infos utiles
 Pharmacies de Garde
 Statistiques santé
 Organismes de santé
 Cliniques
 Hopitaux
 Journal Santé
 
 Sensiblisation
 Paludisme : prévention
 
 Magazine RTB
Voir la dernière émission en vidéo
 
 Méd Traditionnelle
 "Que ton aliment soit ta médecine"
 Intérêt de la médecine traditionnelle
 La médecine traditionnelle au Burkina Faso
 Médecine traditionnelle : la mère nourricière
 Dossiers Lafia
 Le paludisme
 Drogues et santé
 Aliments de la rue
 Les médicaments du marché parallèle
 Videos santé
 Spot sur la contraception
 Contre le VIH/Sida, Scénarios d’AFRIQUE
 Epidémie de méningite au Burkina Faso
 Spot de Lafia.info
 Notre monde, ensemble contre le VIH
 Autres Dossiers
 Argile verte : un soin miraculeux
 Migraines et mal de tête
 Fibrome utérin : « Toute les femmes en âge de procréer sont à risque »
 Neurocysticercose : une maladie liée à la viande du porc
 jeunesse et sexualité : Le plaisir sexuel à quel prix ?
 Le sport, meilleur allié de votre coeur
 Hygiène sociale : L’hypertension, un bourreau du coeur
 Thèses/mémoires
 Medias et education sexuelle dans la ville de Ouagadougou, de M. ILBOUDO David
 Déterminants de la fécondité des adolescentes au Burkina Faso, de M. BADO R. Aristide
 
 
 Partenaires
  
  
  
  
 
  Document sans nom
contact :: charte d'utilisation du site :: envoyez ce lien à un ami :: partenariat ::: RSS :: © 2008 Lafia | by Dahani