banniereh.jpg
::Lafia.Info::
  Accueil
  Maladies
  Amibiase
  Asthme
  Cancer col de l’utérus
  Cancer de prostate
  Cancer de sein
  Cancer du colon
  Cataracte
  Diabète
  Drépanocytose
  Epilepsie
  Fibromes
  Fièvre jaune
  Fièvre typhoïde
  Goitre
  Hémorroïdes
  Hépatite B
  Hypertension
  Méningite
  Obésité
  Paludisme
  Sinusites
  Tétanos
  Tuberculose
  Ulcères
  Stop SIDA
  Spot Prévention
  VIH/Sida
  Médicaments
  Alcool et médic.
  Grossesse et médic.
  Surdosage
 Nutrition
  5 fruits & lég /jour
  Anémie et Nutrition
  Antioxydants
  Brûlures d’estomac
  Contre le cholestérol
  Faciliter la digestion
  L’arachide
  La constipation
  Le magnésium
  Mauvaise haleine
 Santé sexuelle
  Cycle menstruel
  Hygiène intime
  La baisse de désir
  Pertes blanches
  Préservatifs
  Sécheresse vaginale
  Pédiatrie
  Corps étranger avalé
  Sevrage de bébé
  Bébé est constipé
  Sommeil de bébé
  Diarrhée du bébé
  allaitement maternel
  Pipi au lit après 5ans
  dents de laits
  Psychologie
 Jalousie, une maladie ?
 Le sommeil
 Mariage et santé
 La confiance en soi
 Dépression
 Complexes
 Phobies
 Stress au travail
 Trac
  Sport et santé
 Aérobic
 
 
 
[Editorial] [Lafia] [charte d'utilisation du site] [envoyez ce lien à un ami] [Contact] [Messagerie]

   

Vous êtes > Autres Dossiers



logo ARTICLE 50Fibrome utérin : « Toute les femmes en âge de procréer sont à risque »

Posté le lundi 27 octobre 2008

Les fibromes utérins sont des tumeurs bénignes du corps de l’utérus. De la taille d’un grain de mil à celle d’un bébé, le poids d’un fibrome peut aller de quelques grammes à plusieurs kilogrammes. Bénigne, il peut augmenter de volume et entraîner certaines complications. Toutes les femmes en âge de procréer sont à risque. Décryptage d’une maladie avec le gynécologue-obstétricien, épidémiologiste, Léopold Ouédraogo. .

Sidwaya (S). : Qu’est-ce que le fibrome utérin ?

Léopold Ouédraogo obstétricien épidémiologiste (L.O). : Les fibromes utérins, ou léiomyomes, sont des tumeurs hormonodépendantes qui apparaissent généralement sur la paroi de l’utérus, de façon isolée ou en groupe. Il s’agit d’une prolifération de fibres musculaires, plus ou moins localisée, responsable d’une augmentation de volume, ou d’une déformation de l’utérus. Le fibrome utérin est une affection bénigne, dont le risque de cancérisation n’est pas encore établi. En revanche, il peut augmenter de volume plus ou moins rapidement et peut entraîner certaines complications. Son traitement est parfois nécessaire, médical ou chirurgical.

S. : Quelle est la fréquence du fibrome utérin ?

L.O. : Le fibrome utérin est une affection banale, très répandue surtout dans la race noire. On estime que 20 à 40% des femmes caucasiennes et jusqu’à 50% des femmes afro-américaines de plus de 35 ans ont des fibromes qui entraînent des saignements abondants ou d’autres symptômes. Mais en réalité, plus de 75% des femmes seraient porteuses de fibromes si l’on tient compte de celles qui n’éprouvent aucun symptôme. Cela fait du fibrome utérin la tumeur non cancéreuse la plus fréquente chez les femmes en âge de procréer. Au Burkina Faso, on ne dispose pas des statistiques à l’échelle nationale. Mais à titre d’exemple, de 2001-2002, 155 patientes ont été opérées de fibromes utérins au service obstétricale du CHU-Yalgado Ouédraogo.

S. : Dans quelle partie de l’utérus se localise le fibrome utérin ?

L.O. : Par rapport aux différents segments de l’utérus, les fibromes peuvent se localiser sur le corps utérin, sur l’isthme ou sur le col utérin plus rarement. Par rapport à la paroi de l’utérus, les fibromes peuvent être : intramuraux (ou interstitiels) : ils se forment dans la couche musculaire de la paroi de l’utérus ; ils représentent près de 70% de l’ensemble des fibromes ; sous-séreux : ceux-ci croissent vers l’extérieur de l’utérus et y sont parfois rattachés par un pédicule ; sous-muqueux : ces fibromes occupent de l’espace dans la cavité utérine puisqu’ils se forment tout juste sous la surface de la muqueuse : ce sont les plus dérangeants.

S. : Quelle est la cause du fibrome ?

L.O. : On ne connaît pas bien la cause des fibromes. Dans plus de la moitié des cas, ils seraient liés à une mutation génétique qui entraîne une croissance exagérée d’une ou de plusieurs des cellules musculaires qui constitue la paroi utérine. L ‘hérédité semble jouer un rôle important : si la mère a eu un fibrome, il est fort probable que la fille en ait aussi. Des facteurs hormonaux interviennent : les oestrogènes (une des hormones féminines naturelles) favorisent leur développement, comme en attestent l’ absence de fibrome avant la puberté, l’augmentation du volume des fibromes lors de certains traitements œstrogéniques et la réduction de leur volume après la ménopause. En somme, l’apparition des fibromes est probablement le résultat d’un ensemble de facteurs génétiques, hormonaux et environnementaux.

S. : Quelles sont les personnes à risque ?

L.O. : Toutes les femmes en âge de procréer sont à risque de fibrome. Toutefois, le risque est plus accru pour les femmes suivantes : * Les femmes afro-américaines ; * Les femmes dont la mère a eu un fibrome ; * Les femmes qui n’ont pas eu d’enfant ; * Les femmes qui ont un surplus de poids ou qui présentent une obésité.

S. : Peut-on prévenir le fibrome utérin ?

L.O. : Bien que la cause des fibromes demeure imprécise, les femmes physiquement actives y seraient moins sujettes que les femmes sédentaires ou obèses. On sait que le gras corporel est producteur d’œstrogènes et que ces hormones contribuent à la croissance des fibromes. Faire de l’exercice physique et maintenir un poids santé pourraient donc assurer une certaine protection. Aussi, les femmes dont l’alimentation est riche en viande rouge semblent légèrement plus sujettes aux fibromes, tandis que celles qui consomment beaucoup de légumes verts en seraient moins à risque.

S. : Le fibrome peut-il se compliquer ?

L.O. : Rappelons que la majorité des fibromes ne donne jamais aucun symptôme. Toutefois, outre les signes de découverte mentionnés (pesanteur pelvienne, ménorragies, anémie), certaines complications propres au fibrome existent. Elles sont rares : *La nécrobiose aseptique est une nécrose localisée du tissu fibromateux, due à sa mauvaise vascularisation. Elle se traduit par une douleur subaiguë ou aiguë, une fièvre, une altération de l’état général. * La torsion d’un fibrome peut se produire lorsque le fibrome est pédiculé : douleur aiguë, survenant par crises, puis vite permanente, avec troubles digestifs, nausées, vomissements, ballonnement abdominal. * Très rarement, le fibrome peut entraîner des compressions des organes de voisinage, en particulier de l’uretère (dilatation urétérale, retentissement sur le rein en amont).

S. : Le fibrome gêne-t-il la survenue d’une grossesse ?

L.O. : Oui et non... Certains fibromes, développés à l’intérieur même de la cavité utérine (myomes sous muqueux), jouent par exemple un rôle de corps étranger qui gêne la survenue d’une grossesse : ils s’accompagnent parfois d’avortements à répétition. Mais la plupart des fibromes se développent dans la paroi musculaire, ou vers l’extérieur de l’utérus, et ne gênent nullement le développement d’une grossesse. L’immense majorité des grossesses développées sur utérus fibromateux se déroule normalement. Dans certains cas, la déformation de la cavité utérine due au fibrome peut être responsable d’implantations anormales du placenta (placenta « praevia « ). justifiant une surveillance accrue, ou d’anomalies de présentation de l’enfant au moment de l’accouchement.

S. : Faut-il traiter un fibrome ?

L.O. : Un fibrome qui ne donne aucune manifestation clinique, et qui ne risque pas de se compliquer (torsion, compression), ne justifie aucun traitement. Votre médecin en assurera la simple surveillance régulière par l’examen clinique et éventuellement par l’échographie.

S. : Existe-t-il un traitement médical ?

L.O. : Il n’existe pas à proprement parler de traitement médical des fibromes. Les dérivés de la progestérone peuvent avoir une action sur les manifestations du fibrome, en réduisant l’abondance des saignements. Ces médicaments n’ont pas d’effet sur le volume ou l’évolution du fibrome, et n’ont donc pas à proprement parler d’indication dans le traitement des fibromes. On peut utiliser, notamment avant une chirurgie, des médicaments de la famille des « agonistes de la LH-RH », qui suppriment toute sécrétion d’oestrogènes par les ovaires.

S. : Quand faut-il opérer un fibrome ?

L.O. : Il faut opérer en cas d’augmentation rapide de volume, de saignements importants ou rebelles, de complications. On opère aussi les gros fibromes, et ceux dont le siège expose à des complications : fibromes sous-muqueux (développés vers l’intérieur de la cavité), exposant à des saignements, fibromes pédiculés (risque de torsion), fibromes risquant de comprimer un uretère.

Interview réalisée par Boureima SANGA bsanga2003@yahoo.fr

Fasopresse.







 

 

 

 

::Lafia.info::
   Equipe lafia.info
  Infos utiles
 Pharmacies de Garde
 Statistiques santé
 Organismes de santé
 Cliniques
 Hopitaux
 Journal Santé
 
 Sensiblisation
 Paludisme : prévention
 
 Magazine RTB
Voir la dernière émission en vidéo
 
 Méd Traditionnelle
 "Que ton aliment soit ta médecine"
 Intérêt de la médecine traditionnelle
 La médecine traditionnelle au Burkina Faso
 Médecine traditionnelle : la mère nourricière
 Dossiers Lafia
 Le paludisme
 Drogues et santé
 Aliments de la rue
 Les médicaments du marché parallèle
 Videos santé
 Spot sur la contraception
 Contre le VIH/Sida, Scénarios d’AFRIQUE
 Epidémie de méningite au Burkina Faso
 Spot de Lafia.info
 Notre monde, ensemble contre le VIH
 Autres Dossiers
 Argile verte : un soin miraculeux
 Migraines et mal de tête
 Fibrome utérin : « Toute les femmes en âge de procréer sont à risque »
 Neurocysticercose : une maladie liée à la viande du porc
 jeunesse et sexualité : Le plaisir sexuel à quel prix ?
 Le sport, meilleur allié de votre coeur
 Hygiène sociale : L’hypertension, un bourreau du coeur
 Thèses/mémoires
 Medias et education sexuelle dans la ville de Ouagadougou, de M. ILBOUDO David
 Déterminants de la fécondité des adolescentes au Burkina Faso, de M. BADO R. Aristide
 
 
 Partenaires
  
  
  
  
 
  Document sans nom
contact :: charte d'utilisation du site :: envoyez ce lien à un ami :: partenariat ::: RSS :: © 2008 Lafia | by Dahani