banniereh.jpg
::Lafia.Info::
  Accueil
  Maladies
  Amibiase
  Asthme
  Cancer col de l’utérus
  Cancer de prostate
  Cancer de sein
  Cancer du colon
  Cataracte
  Diabète
  Drépanocytose
  Epilepsie
  Fibromes
  Fièvre jaune
  Fièvre typhoïde
  Goitre
  Hémorroïdes
  Hépatite B
  Hypertension
  Méningite
  Obésité
  Paludisme
  Sinusites
  Tétanos
  Tuberculose
  Ulcères
  Stop SIDA
  Spot Prévention
  VIH/Sida
  Médicaments
  Alcool et médic.
  Grossesse et médic.
  Surdosage
 Nutrition
  5 fruits & lég /jour
  Anémie et Nutrition
  Antioxydants
  Brûlures d’estomac
  Contre le cholestérol
  Faciliter la digestion
  L’arachide
  La constipation
  Le magnésium
  Mauvaise haleine
 Santé sexuelle
  Cycle menstruel
  Hygiène intime
  La baisse de désir
  Pertes blanches
  Préservatifs
  Sécheresse vaginale
  Pédiatrie
  Corps étranger avalé
  Sevrage de bébé
  Bébé est constipé
  Sommeil de bébé
  Diarrhée du bébé
  allaitement maternel
  Pipi au lit après 5ans
  dents de laits
  Psychologie
 Jalousie, une maladie ?
 Le sommeil
 Mariage et santé
 La confiance en soi
 Dépression
 Complexes
 Phobies
 Stress au travail
 Trac
  Sport et santé
 Aérobic
 
 
 
[Editorial] [Lafia] [charte d'utilisation du site] [envoyez ce lien à un ami] [Contact] [Messagerie]

   

Vous êtes > Santé sexuelle



logo ARTICLE 63Pertes blanches

Posté le jeudi 30 octobre 2008

Tu as des pertes blanches, il y a même des jours où elles sont plus abondantes...Tu te demandes pourquoi.

Ton vagin conduit à ton utérus et le protége de toutes les infections qui peuvent venir de l’extérieur. Sa muqueuse est donc douce et humide. Des glandes sécrètent, pour cela, une glaire, normalement blanche et inodore, d’abondance variable. Elle draine, vers l’extérieur, les cellules mortes et les éléments étrangers qui ont pu entrer dans ton vagin.

A l’approche de l’ovulation, la glaire secrétée par les glandes du col de l’utérus devient plus abondante. Cela facilite la montée des spermatozoïdes vers l’utérus. Cette glaire par son abondance peut être gênante, mais elle ne donne jamais de brûlures, de démangeaisons ou de mauvaises odeurs.

Lors du désir sexuel, le vagin produit une lubrification plus ou moins épaisse avec une odeur particulière, fade. Elle te donne l’impression d’ "être mouillée", selon l’expression populaire. Cette lubrification est nécessaire aux rapports sexuels sans échauffement pour ton vagin et pour le pénis.

Les pilules contraceptives diminuent la glaire du col de l’utérus, mais n’ont aucune action sur les sécrétions vaginales et ne gênent donc pas le rapport sexuel.

Si tes pertes deviennent épaisses et/ou plutôt jaunes, si leur odeur a changé, ou si ton sexe te gratte, te brûle, te pique...
-  Mets des slips en coton. Ne mets plus de protège slip.
-  Change de produits de toilette. Si tu avais l’habitude de prendre un savon parfumé ou désinfectant liquide, prends du savon à PH neutre.
-  Ne mets plus d’habits serrés qui pourraient irriter ton sexe.

Si, de plus :
-  Tu as des douleurs au bas-ventre et/ou pendant les rapports.
-  Tu aurais du prendre des précautions pendant tes derniers rapports, mais...
-  Ton copain a des problèmes avec son sexe : démangeaisons, boutons...

Consulte ton médecin, d’emblée, ton copain aussi, s’il a les signes décrits ci-dessus. Le médecin après examen et les résultats d’un éventuel prélèvement des pertes, t’expliquera précisément ce que tu ressens et te prescrira un traitement médical si besoin. Il se peut qu’il prescrive aussi un traitement à ton copain.

Dr Prune - Médecin généraliste.

tasante.com

 

Pertes vaginales : quand faut-il s’inquiéter ?

Des pertes "sales"...

Les sécrétions vaginales sont normales lorsqu’elles sont inodores, de couleur claire ou laiteuse, qu’elles ne provoquent ni irritation ni brûlure et ne raidissent pas le linge. Elles constituent le moyen utilisé par notre organisme pour nettoyer le vagin, notamment des cellules mortes présentes sur sa paroi, afin qu’il reste propre. La quantité et la couleur des sécrétions varient selon les moments du cycle menstruel et pendant la grossesse.

Pertes vaginales

Mais, si elles deviennent très abondantes, purulentes, malodorantes ou douloureuses, elles sont généralement le signe d’une infection, sexuellement transmissible ou non.

On estime que la plupart des femmes souffrent au moins une fois dans leur vie d’une infection vaginale. Dans neuf cas sur dix, l’infection est due à un champignon, une levure ou une bactérie, et une fois sur dix au trichomonas, un parasite.

Un déséquilibre de la flore...

La vaginite à champignons, communément appelée mycose vaginale, est le plus fréquemment due à un champignon appelé Candida albicans. Présent à l’état naturel dans le vagin, il peut, dans certaines conditions, se développer de façon anormalement importante. La candidose se manifeste en particulier par des pertes vaginales inodores et épaisses, qui ont la consistance et la couleur d’un fromage blanc ou de lait caillé. Elles sont accompagnées de démangeaisons vaginales et, parfois, de brûlures au cours des rapports sexuels. La grossesse, le diabète, la prise d’antibiotiques ou de stéroïdes, le port de vêtements trop serrés, la chaleur, le sport, la piscine favorisent les candidoses. Contrairement aux idées reçues, une mycose n’est pas un signe de mauvaise hygiène locale : l’utilisation trop fréquente (quotidienne) de douche vaginale ou l’emploi de déodorants vaginaux ou savons acides favorisent leur apparition !

. et de la faune vaginale

La vaginose bactérienne est la plus fréquente des infections vaginales, également sans rapport avec une mauvaise hygiène. Elle a en règle générale pour origine la trop grande prolifération d’un ou plusieurs germes , comme le Gardnerella vaginalis, responsable de la plupart de ces vaginoses. Lorsque ce dernier est en quantité trop importante, il modifie l’équilibre entre les différentes bactéries naturellement présentes dans le vagin. Il agit surtout au détriment des lactobacilles, agents qui, en maintenant une bonne acidité vaginale, évitent la prolifération d’organismes indésirables. Les symptômes de l’infection sont des pertes vaginales très importantes, de couleur variable, dont l’odeur caractéristique de poisson s’accentue lors des relations sexuelles ou après s’être lavé au savon. Ces pertes s’accompagnent de démangeaisons, de sensations de brûlure, d’une légère rougeur et d’un gonflement du vagin et de la vulve.

Un autre germe appelé Escherichia coli est, quant à lui, responsable de vulvites accompagnées de leucorrhées chez la petite fille. Les oxyures (vers) peuvent également provoquer des pertes vaginales. N’oublions pas les MST !

La vaginite à trichomonas est une infection qui n’est pas due, contrairement aux autres, à un déséquilibre de la flore ou de la faune vaginale, mais à une transmission sexuelle du parasite par un partenaire contaminé, en général à son insu (les hommes présentent très peu de signes en cas d’infection).

Elle provoque des pertes vaginales jaunâtres ou verdâtres, mousseuses et qui sentent mauvais. Elle entraîne également des démangeaisons et des sensations de brûlures et d’irritation de la vulve et du pourtour du col utérin. Elle peut aussi être à l’origine de douleurs lorsqu’on urine. Le parasite Trichomanas vaginalis peut d’ailleurs passer dans les voies urinaires et déclencher une infection de celles-ci.

Deux autres maladies sexuellement transmissibles - l’infection à chlamydia et la gonorrhée, due au gonocoque - s’accompagnent de pertes vaginales, mais de façon moins systématique. Plus rarement...

Chez la petite fille, les pertes vaginales sales, malodorantes, striées de sang doivent faire suspecter la présence d’un corps étranger.

Chez la femme, un tampon oublié peut aussi provoquer des pertes sales puis fétides. Une consultation simple mais le plus souvent indispensable

Les traitements proposés diffèrent selon les infections dont les origines sont fonction de nombreux facteurs : âge, activité sexuelle, métabolisme des estrogènes... C’est pourquoi votre médecin vous interrogera sur votre état (description des pertes, autres signes associés, durée...) et votre mode de vie (habitudes, type de savon utilisé, douches vaginales, sexualité, etc.).

Il pratiquera ensuite les recherches nécessaires, relativement simples. L’examen clinique de la zone vulvaire et vaginale à l’aide d’un spéculum, l’aspect et l’odeur des pertes orienteront rapidement son diagnostic. Il pourra le confirmer en effectuant un frottis vaginal et en mesurant à l’aide de bandelettes, le degré d’acidité des sécrétions, qui sont moins acides que la normale lors d’une infection bactérienne ou à trichomonas.

Enfin, il fera (ou demandera) peut-être un prélèvement de sécrétions vaginales pour que soit réalisé un examen cyto-parasito-bactériologique à la recherche de l’élément infectieux incriminé.

Les pertes vaginales inhabituelles sont le reflet d’une infection, le plus souvent liée à de mauvaises conditions locales, sans rapport avec l’hygiène mais plutôt avec l’acidité du vagin ou l’irritation de la région. Un examen clinique et un diagnostic précis sont indispensables pour les traiter efficacement, mais aussi pour éviter les récidives, les complications (extension de l’infection aux trompes, douleurs chroniques voire infertilité) ou encore la contamination du partenaire. Votre médecin est là pour vous traiter mais aussi vous conseiller, vous rassurer. N’hésitez pas à consulter !

France Garcia-Ficheux

Doctissimo.fr








[Les commentaires postés]

Posté le 24 décembre 2009, par morenita

Bonjour, j’ai besoin d’aide, voilà mon probleme, cela fai 6 mois que j’ai des pertes blanches très epaisse et qui sentent le poisson, c’est une horreur, ca me brule et me provoque des sortes de crampe dans les ovaires, j’ai été consulter un gynéco qui m’a soigner mais voilà, des que j’ai recoucher avec mon homme avec qui je suis depuis plus d’un an ca à recommencer. aidez moi svp merci et bonnes fetes a vous toutes
besoin d’aide

Posté le 2 janvier 2010, par lega ibrahim, lafia.info

Bonjour. Ne paniquez surtout pas. Les problèmes de l’appareil génital sont sensibles mais nous pouvons vous conseiller de revoir le gynecologue qui vous a traité car cela peut être lié à une question d’observance du traitement.

Posté le 14 octobre 2010, par mannou katie

bonjour j est des brulure au pourtour du vagin avec des perte blanche sans odeure sa m est arriver ue foi puis apres les regles son disparu et sa recommence apres avoire fait un raport sexuelle et le pobleme c que je peut pas voire un medcin si vous pouvez m aides svp je fait qoi q elle traitement je peut avoire merci

Posté le 20 octobre 2010, par Lega

bonjour "mannou katie" ! Votre cas nécessite que vous consultez un Médecin qui, au vu de la symptomatologie, pourra vous indiquer le traitement adéquat (en s’aidant au besoin d’examens biologiques). Il serait assez hasardeux pour nous de vous indiquer des traitements avec les éléments que vous avez mentionnés. Vous dites ne pas pouvoir voir de Médecin (pourquoi ?), mais nous vous conseillons de le faire dans la mesure du possible.N’hésitez pas à nous contacter de plus amples informations. Dr Lega, lafia.info

Posté le 23 octobre 2010, par Dr Ouedraogo, lafia.info

Bonjour "mannou katie" La symptomatologie que vous rapportez peut faire évoquer plusieurs hypothèses. La plus fréquente est certes la mycose vaginale, auquel cas vous pouvez prendre un antifongique en ovule et en crême pour la région vulvaire. Cette mycose vaginale est généralement récidivante parce que entretenue par un foyer digestif, au regard de la proximité de l’anus et du vagin. Aussi, on associe volontiers au traitement précédent un antifongique per os à prendre pendant 2 à 3 semaines. Toutefois, comme nous l’avons dit plus haut, d’autres hypothèses diagnostiques peuvent être formulées dont certaines sont plus graves que la mycose : infection à Chlamydiae, Nesseria, herpès génital .... d’où la prudence et la nécessité d’aller voir un médecin qui vous posera éventuellement des questions, vous examinera et vous prescrira le traitement adapté. Prenez bien soin de vous et merci de nous avoir contactés. PS : tenez-nous au courant !

Posté le 24 octobre 2010, par mannoukatie

je vous remerciez de m avoire repondu j’est appler mon medcin et il ma donnee un traitement 2 gélules FLUKAS une foi par semaine et aussi PEVARIL creme et jai acheter de plus LACTACYD pour netoyer en bas .sa va mieux jusqa hier car jai fait lamour et sa recommencer un tout ptit peut moi je croyer que je me suis gueri mais effet nn c pas le car et ce qui m’inquet c que mon partenaire ma appler le soi et il ma di que il a un prbleme avec son zizi jai peur que sa va rester et ce qui concerne le medcin je peut pas le voire parceque je suis pas encore marier car on a fait l amour avant mariage et si ma famille sache je sai pas ce qui va ce passer bon voila sa ce qui ce passe avec moi mtn et j atten une fois marier je vai voire un medcin mais en attendant je continue ce traitemen et j espere que sa va mieux

Posté le 15 décembre 2010, par florida

Bonjour cher ami (e),"FLORIDA"il y a quelques années que je souffrais de l’infection vaginal : tantôt des douleurs,tantôt de la perte blanche maintenant j’utilisais des tisanes et même des médiments mais je ne trouve pas de satisfaction.J’aimerais que vous allez m’aider à trouver de la solution.C’est depuis que j’ai fais mon enfant et il a 5 ans maintenant. MERCI

Posté le 15 décembre 2010, par Lafia

Nous avons déjà répondu à une telle question. Référez vous à la reponse Posté le 23 octobre 2010, par Dr Ouedraogo, lafia.info. Juste au dessus !

Posté le 7 septembre 2011, par cadance

Bonjour à tous, moi j’ai ma vulve qui gratte et j’ai une perte blanche comme le lait caillé mais j’ai pas de brulure. Qu’est ce que je dois faire s’il vous plait ? Merci d’avance

Posté le 7 septembre 2011, par lafia

à cadance : il faut consulter un medecin généraliste. il vous prescrira des antibiotiques appropriés. C’est assez courant les pertes blanches

 

 

 

 

::Lafia.info::
   Equipe lafia.info
  Infos utiles
 Pharmacies de Garde
 Statistiques santé
 Organismes de santé
 Cliniques
 Hopitaux
 Journal Santé
 
 Sensiblisation
 Paludisme : prévention
 
 Magazine RTB
Voir la dernière émission en vidéo
 
 Méd Traditionnelle
 "Que ton aliment soit ta médecine"
 Intérêt de la médecine traditionnelle
 La médecine traditionnelle au Burkina Faso
 Médecine traditionnelle : la mère nourricière
 Dossiers Lafia
 Le paludisme
 Drogues et santé
 Aliments de la rue
 Les médicaments du marché parallèle
 Videos santé
 Spot sur la contraception
 Contre le VIH/Sida, Scénarios d’AFRIQUE
 Epidémie de méningite au Burkina Faso
 Spot de Lafia.info
 Notre monde, ensemble contre le VIH
 Autres Dossiers
 Argile verte : un soin miraculeux
 Migraines et mal de tête
 Fibrome utérin : « Toute les femmes en âge de procréer sont à risque »
 Neurocysticercose : une maladie liée à la viande du porc
 jeunesse et sexualité : Le plaisir sexuel à quel prix ?
 Le sport, meilleur allié de votre coeur
 Hygiène sociale : L’hypertension, un bourreau du coeur
 Thèses/mémoires
 Medias et education sexuelle dans la ville de Ouagadougou, de M. ILBOUDO David
 Déterminants de la fécondité des adolescentes au Burkina Faso, de M. BADO R. Aristide
 
 
 Partenaires
  
  
  
  
 
  Document sans nom
contact :: charte d'utilisation du site :: envoyez ce lien à un ami :: partenariat ::: RSS :: © 2008 Lafia | by Dahani